HENRIETTE DIBON

FARFANTELLO

Par Mireille Bosqui

Avignon 9 d’avoust 1902 – 8 de setembre 1989

Enrieto Dibon èi nascudo à n’Avignoun la niue que la terro, dins sa courso alentour dóu soulèu, travesso de miliasso d’estello que toumbon [1].

« Lis estello an plougu sus mi proumiéri niue »

Farfantello vóu dire : esbléugimen, mirage, chimèro. Es soun escaïs-noum despièi 1923. Poudrian dire, en fasènt un guigna d’uei à Mistral qu’ « aquèu noum de fantasié » a soun gaubi tria, « s’entrasié coume la roso au rousié ». Mai, se Enrieto Dibon èro dins si pantai pouëti tout en Farfantello, dins sa vido vidante èro uno femo courajouso, que sabié lucha e fasié rèn à mita. Es d’abord escoulano à la coumunalo de la Crousiero, pièi estudianto au Coulège d’Avignoun, l’actuau licèu Aubanèu. Aurié vougu prepara lou proufessourat d’inglès, mai pèr acò falié s’enana quauque tèms en Anglo-Terro. Mai lou perqué e lou coume dóu debana de sa vido la forçon à sacrifica sa voucacioun. Lou perqué ? es la guerro de 1914 e si respousc n’en soun lou coume ! Segur i’a fougu derraba sa vido, pamens, lou bon cousta d’acò lou vaqui : s’es bandido dins lou Prouvençau ! Lou Flourege e lou Felibrige en l’acaparant faciliton si coumençamen !

« Aquèu Felibrige, sara de longo embrica dins ma vido dins un mounto-davalo permanent : embrassado, facharié, radoumen, mai jamai rèn de serious, car aquelis emboui vendran pulèu di gènt que de l’istitucioun elo meme [2] »

Soun proumié pres de pouësio es Avignoun que ié decerno en Juliet 1921. En 1925 es Mestresso en Gai-Sabè à la Santo-Estello de Clarmoun. Mèstre en Gai-Sabè à 22 an n’en troubarés ges d’autro. En 1952 reçaup lou Pres Mistral : aquest’annado dous près soun decerni, lou proumié à Jousè d’Arbaud, à titre poustume, lou segound à Enrieto Dibon, pèr « Ratis ». En 1965, enfin, Andriéu Chamson, à Ventabren, ié douno lou Grand Pres de Pouësio Prouvençalo pèr l’ensèmble de soun obro. Enrieto Dibon faguè diferènt mestié dins li burèu, pièi rintro, justo avans la guerro de 1940 à Mount-pelié au journal « l’Eclair ». A la fin de la guerro aquesto journau aguènt cabussa, d’ami comun s’entèndon emé Jano de Flandreysy pèr la faire veni au Palais dóu Roure. Ié restara sege an. En 1971, coume voulié prene sa retirado, me demandè de la remplaça. Sian resta uno annado ensèn. De tèms en tèms evoucavo si souveni : lou rose, lou Marquès, D’Arbaud, lou Riban de Prouvenço, Avignoun, Marsiho, la Camargo, lis aùti mountagno de la Souisso. Acabarai coume Fernand Mouttet [3], emé l’image que Farfantello voulié que se gardèsso d’elo :

« Un grand velié de passo empourta pèr lou vènt »


[1] Les étoiles filantes

[2] Dins la Pouso-Raco (pp. 199 – 200, 1985)

[3] Dins l’Astrado n° 26 counsacra à Farfantello